Page 12 - Catalogue 2N - 05-2012 couleur

Version HTML de base

N56 – LES MAIRES DE DIJON, HUIT SIECLES
D’HISTOIRE,
d’Alain BELASSENE, 2011, 18 x 25, 208 p.,
30 €
Hommes publics, hommes de pouvoir, de convictions, hommes
d'exception, ils ont fait Dijon...
De théâtre en routes, d'artères en pavillons de foires, d'éclairage
public aux grands jardins ou lac, ils ont contribué à bâtir la
capitale régionale. Cinquante biographies passionnantes vous
feront vivre huit siècles d'histoire, car avec ce livre, vous saurez
non seulement qui étaient ces maires, mais vous verrez défiler
l'histoire de la région, des ducs, de Henri IV, Louis XIV à Mac
Mahon, Bonaparte ou la Libération.
Dans cette galerie de portraits des maires de Dijon vous
retrouverez évidemment le chanoine Kir, Robert Poujade et tant
de figures jusqu'au maire actuel, François Rebsamen ; et vous
découvrirez aussi les anciens bourgmestres et autres
administrateurs soumis aux ducs, du premier élu, en 1192 aux
maires de la Révolution. Chacun a marqué la ville de son
empreinte.
Ce livre remet les hommes à la place qu'ils méritent. Grâce à un
exceptionnel travail de recherches, l’auteur nous offre une vue
nouvelle sur la capitale de la Bourgogne : celle des hommes qui
ont forgé la ville.
N57
LES
FAMILLES
STIRING
WENDEL,
RECONSTITUTION,
de Nathalie DIEHL et Roland
SCHULER, 2011, 428 p.,
60 €
Il s’agit d’un travail minutieux de reconstitution des familles du
lieu. Réalisé par deux généalogistes connaisseurs de la région et
sous le patronage d’une société savante locale, cet ouvrage
apporte un nombre important de précisions pour tout lecteur qui
s’intéresse à cette région de la Moselle.
N58 – LOUIS XVII EST IL MORT EN AUVERGNE ?,
de
Jean Luc AUTRUC LAURENCON, 2012, 14,5 x 21, 172 p.,
20€
Malgré les analyses ADN réalisées en 2000 qui confirment
l’appartenance du coeur supposé de Louis XVII au Dauphin, il
reste des doutes quant à la fiabilité de ces conclusions.
En effet, l’hypothèse selon laquelle le Dauphin aurait été enlevé
de sa prison et mené en Auvergne pour y vivre sous un faux nom
reste tenace, et de nombreux éléments poussent à valider cette
hypothèse.
Cette enquête minutieuse au coeur de la région auvergnate
propose d’analyser un à un ces éléments. Un livre fascinant qui
décortique avec rigueur et minutie les tenants et les aboutissants
d’un mystère historique entêtant. On en apprend beaucoup sur la
période qui suivit la Révolution, sur les dissensions qui
fourmillaient selon les régions et les appartenances sociales.
N59 – LEON MARES, 1854 – 1916, DE MONTPELLIER A
MONTROTTIER,
de Gérard Robert BLANC, 2011, 14,5 x 21,
142 p.,
17 €
Comment Léon Marès, issu d’une famille en vue de Montpellier,
est-il devenu Léon Marès ? Après quels bouleversements est-il
parti s’installer en pays savoyard, dans le château de Montrottier
(Lovagny) à qui il a donné toute son aura ? Et comment devient-
on collectionneur ?
A travers une évocation biographique de celui qui a laissé son
empreinte sur tout ce domaine, à travers le rappel de ceux qui
l’entouraient et de leur influence, à travers une description d’un
contexte sociohistorique marqué par la Belle Epoque, les
expositions universelles ou l’Art nouveau, Gérard-Robert Blanc
dresse le portrait d’une figure culturelle importante du
patrimoine savoyard.
Monographie consacrée à l’un des hommes qui demeurera
comme un être pour le moins fascinant, l’ouvrage de Gérard-
Robert Blanc ouvre une fenêtre sur le passé familial de son sujet
d’études, sans oublier de le situer dans son temps et dans le
courant des modes. Un travail éclairant sur un « homme de bien
et de goût », mené avec respect et passion, que ne manqueront
pas de consulter celles et ceux qui ont vu Montrottier.
N60 – LES CHASTEL, UNE FAMILLE SAVOYARDE DE
L’ANCIEN REGIME A LA REVOLUTION, L’EMPIRE
ET LA RESTAURATION,
de Paul GUICHONNET, 2011, 333
p.,
25 €
Étonnant Paul Guichonnet ! Non content de tous les lauriers
cueillis grâce à sa longue oeuvre – généreuse, abondante,
multiforme – le voilà qui invente de se lancer dans une belle
saga familiale. Nous connaissions le spécialiste de l'arc alpin,
défricheur du passé savoyard. Une nouvelle curiosité le prend,
ou plutôt la résurgence d'un ancien projet enfin réalisé : la
peinture en majesté des Chastel de Veigy-Foncenex.
Passionnante aventure d'une fratrie surgie du terroir chablaisien
pour accomplir un destin révolutionnaire et impérial ! Cela passe
aussi par la découverte des êtres singuliers avec leurs
particularités, leurs dons personnels, leurs faiblesses, leurs
passions et tous les aléas de la vie de chacun. Ici la lecture joue
sur des charmes contradictoires : reconnaissance de trajets
familiers aux passionnés de l'Ancien Régime, mais aussi choc de
l'inédit. Un beau livre de généalogie familiale !!
N61 – MEMOIRES D’UN JUGE MAGE DU ROUERGUE
PENDANT LES GUERRES DE RELIGION, JEAN DE
COLONGES,
de S. de Colonges, 2011, 16 x 24, 180 p.,
25 €
Pris dans la tourmente des guerres de religion, la violence des
conflits politique, et les épidémies de peste, Jean de Colonges,
Officier Royal et Maître des Requêtes du duc d’Anjou, fait face
à la calamité de son temps. Ce récit, sauvé de l’injure du temps,
inestimable témoignage d’une époque éminemment troublée,
nous est présenté dans une belle forme, pour nous permettre de
mieux comprendre les enjeux et les contradictions dans
lesquelles les hommes d’alors se sont retrouvés prisonniers.
N62 - LA PROVENCE AU SERVICE DU ROI (1637 –
1831), Officiers des Vaisseaux et des Galères,
de F. d’Agay,
2011, 15,5 x 23,5, 2 Vol., 1480 p.,
220 €
Cet ouvrage recense les 1600 officiers de marine provençaux,
redonnant à chacun son nom véritable, son origine, sa carrière,
depuis la prise des îles de Lérins en 1637. Après les traditions
maritimes, les conditions d'entrée dans la marine, l'avancement
et les protections, il analyse le corps des galères supprimé en
1748. Ce réseau incontournable apporte à ces familles gloire,
fortune et honneurs.
N63 - LES SŒURS CLARY – DEUX MARSEILLAISES
QUI FURENT REINES,
de C. Bourguignon Frasseto, 2011,
224 p.,
19 €
Cet ouvrage présente le destin extraordinaire de Julie Clary, née
à Marseille en 1771 et décédée le 7 avril 1845 à Florence, qui fut
l'épouse de Joseph Bonaparte et par conséquent reine de Naples,
puis reine d'Espagne de 1808 à 1813. C’est aussi le portrait de sa
sœur, Désirée, de six ans sa cadette, qui devint reine de Suède et
de Norvège, en épousant le roi Charles XIV Jean Bernadotte.
10