Page 16 - Catalogue 2N - 05-2012 couleur

Version HTML de base

N85 - POURQUOI L’AFFAIRE LOUIS XVII N’EST PAS
CLOSE,
de H. Trousset, 2011, 200 p.
25 €
Apportant des éléments nouveaux et complémentaires à son livre
« Contre-enquête sur l'affaire Louis XVII, paru en 2007, H.
Trousset, avocat au barreau des Hauts de Seine, a repris avec
clarté et méthode l'ensemble de cette vieille et grande
controverse déclarée hâtivement close. Il faut bien le dire, sa
démonstration rigoureuse appuyée sur des faits étayés apporte
de nouvelles et passionnantes perspectives à cette énigme dont
en l'état, le dénouement reste toujours à connaître.
Passionnant !
N86 – HISTOIRE DE LA FAMILLE DE GAIL,
de Patrice de
GAIL, 2011,
35 €
Originaire de la région de Cologne, la famille de Gail est citée
dès le Xlle siècle. Sa filiation certaine démarre de Joist Gail,
membre du patriciat de Cologne, cité en 1510.
Ses descendants occupent une place importante dans la cité
rhénane pendant tout le XVIe et le début du XVIle siècle,
d'abord juristes, puis militaires, religieux ou responsables dans
de nombreux domaines de la vie civile. Son petit-fils, Andréas,
né en 1526, jurisconsulte éminent et chancelier, est l'auteur du
code civil en usage jusqu'au règne de Napoléon 1er.
L'empereur Charles Quint anoblit Philippe de Gail en 1545, et
Maximilien II confirme en 1573 Andréas, son fils, dans sa
noblesse par un titre du Saint-Empire romain germanique, pour
lui-même et ses descendants. Seules subsistent aujourd'hui les
branches françaises ayant pour ancêtre commun Henri-André
(1580-1663), fils d'Andréas, installé en Alsace : celle de
Saverne, issue de son premier mariage avec Sophie de Quentel,
et celle d'Obernai, issue de son second mariage avec Marguerite
de Broich.
N87 - LES CASTILLON DU PERRON,
de Philippe
BARBET, 2011,
35 €
Les premiers Castillon officiellement connus sont originaires
d'Azay-le-Rideau en Touraine, où ils possédaient un certain
nombre de fiefs : Les Roches, La Tendrinière, Le Gerfault, La
Couisnière...
Dès avant la fin du XVIe siècle, avant même que l'un d'entre eux
ne songe à ajouter à son patronyme le nom d'un autre de leurs
fiefs, Le Perron, ils étaient marchands et vendaient les produits
de leurs terres.
Au XVIIIe siècle, ils devinrent négociants lorsque deux d'entre
eux partirent à Nantes, puis à Bordeaux armer des bateaux et
commercer avec Saint-Domingue. Mais, la révolte des noirs et la
condamnation à mort sous la Terreur de l'un d'eux, Abraham,
mirent fin à l'entreprise. La plupart des descendants de celui-ci
quittèrent alors le port de la Lune et ses odeurs d'épices pour
remonter vers les rives apaisées de la Charente, « la plus belle
rivière de France ».
Là, que ce soit à Tonnay-Charente ou à Cognac, avec d'autres
familles avec lesquelles ils tissèrent des liens, ils participèrent à
l'épopée, tout au long du XIXe siècle de cette fameuse eau-de-
vie ambrée, le cognac, qui fit la richesse de cette région.
N88 – LA DESCENDANCE DES BATTENBERG
MOUNTBATTEN,
de Michel SEMENTERY, 2011, 16 x 24,
146 p.,
25 €
Les descendants d’Alexandre de Hesse et de Julie Von Hauke se
retrouvent en 2011 dans les familles souveraines ou régnantes de
Grande-Bretagne, de Hanovre, de Grèce, de Hesse, de Bade,
d’Espagne, de Serbie, du Luxembourg et dans de nombreuses
familles de l’aristocratie allemande, espagnole, anglaise,
écossaise et italienne.
N89 - DICTIONNAIRE DES MARÉCHAUX DU PREMIER
EMPIRE,
de Jacques JOURQUIN, Nouvelle Edition, 15 x 22,
212 p.,
23 €
L’ouvrage réunit un ensemble d’informations sur les vingt-six
maréchaux du Premier Empire : état civil et origines ; état de
services ; carrière d’officier général et maréchalat ; honneurs et
décorations; charges ; fonctions et souveraineté ; mémoires et
correspondances ; demeures et filiations ; et jusqu’aux jugements
de Napoléon sur chacun d’eux. Couronné par le Prix de la
Fondation Napoléon, il comporte des portraits et planches
d’armoiries en couleur.
N90 – INVENTAIRES DE MARECHAUX, ASFELD – 1743,
LOWENDAL – 1755,
de Gilles d’AMBRIERES, 2011, 164 p.,
30 €
D'après leurs inventaires après décès, l'auteur a tenté de cerner la
personnalité de deux maréchaux, grands serviteurs de Louis XV,
avec de nombreux renseignements généalogiques.
N91– LES JACOBSEN A NOIRMOUTIER 1709 – 1873,
d'Yvonnick de Chaillé, 2010, 16 x 25, 360 p.,
40€
L’auteur nous racoute la saga de cette famille qui s’établit à
Noirmoutier et réalisa notamment l’assainissement des marais de
l’ile. Trois générations d’hommes à forte personnalité,
entreprenants, devenus riches, ont choisi l’île pour y demeurer et
y mourir. Le premier vint de Dunkerque, et le troisième cessa
son activité en 1873, plus de 150 ans de labeur au service de
l’île.
14