Page 17 - Catalogue 2N - 05-2012 couleur

Version HTML de base

N92 – ESSAI GENEALOGIQUE, LES DE CASTRES,
d’Alain CHAPELLIER, 2011,
20 €
La famille de Castres est originaire de l'Albigeois, on la retrouve
dans la Thiérache et le Rethelois attachée à la maison de Guise et
de Lorraine.
Le plus ancien connu est Roderic de Castres, capitaine des
châteaux de Rumigny et d'Aubenton, gouverneur de Watephal
où il mourut en 1535 à l'âge canonique de ... 107 ans, c'est par lui
que débute cette passionnante généalogie.
N93
VOLTAIRE
ET
LE
DUC
D’UZES,
CORRESPONDANCE DE 1751 à 1760,
de Jacques de
CRUSSOL et Philippe LAMARQUE
,
2011, 246 p., nombreuses
illustrations issues de collections privées,
95 €
Ce livre comprend le fac-similé du manuscrit, sur lequel cette
correspondance fut retranscrite. La qualité de cette
correspondance entre deux grand épistoliers, est mise en lumière
par la biographie du 8ème Duc d’Uzès, sous la plume de Jacques
de Crussol, 17ème Duc d’Uzès, et par l’exégèse de Philippe
Lamarque, que complète un brillant essai sur : Les Lumières et
l’Aufklärung, illustré par des images dont certaines sont
totalement inédites.
Le manuscrit original, propriété de la Maison ducale d'Uzès,
contenant l'intégralité de cette correspondance, est reproduit
intégralement sous forme de fac-similé (copie à l'identique).
Afin de faciliter leur lecture, toutes les lettres ont été
retranscrites. Elles sont complétées par de nombreuses notes
(exégèse), qui apportent un complément indispensable et une
bonne compréhension de l'ensemble.
N94 – POURQUOI LES SCEAUX, LA SIGILLOGRAPHIE,
NOUVEL ENJEU DE L’HISTOIRE DE L’ART,
de Marc
GIL et Jean Luc CHASSEL, 2011, 582 p.,
32 €
Les sceaux médiévaux offrent une innombrable collection
d’images que les historiens de l’art ont, jusqu’ici, trop peu
exploitée. Cet ouvrage tente d’appréhender la sigillographie
comme un domaine d’étude à part entière de l’histoire de l’art et
d’analyser ce processus d’appropriation.
Les communications de vingt-neuf intervenants développent
dans l’ouvrage trois axes principaux
: l’Invention d’une
discipline sigillographique, la Conceptualisation de l’image
sigillaire et la Création artistique.
N95 - ESQUISSE SUR LES MAISTRE,
de S. de Maistre,
2011, 190 p.,
32 €
Au XXIe siècle, il reste deux familles de Maistre d'ascendance
noble, l'une dite de France faite baron en 1764, l'autre dite de
Savoie, titrée comte en 1778.
Dans cet ouvrage, l'auteur évoque les hypothèses d'une souche
commune et celles rejetant toute idée de consanguinité. Il donne
une généalogie aussi complète que possible et étudie les
personnalités des familles alliées.
N96 – GRANDS NOTABLES DU PREMIER EMPIRE,
TOME XXX, RHONE,
de Jean Philippe REY, 2011, 197 p.,
32 €
Les listes de notabilités dressées dès les premiers temps de
l'Empire par le préfet d'Herbouville font apparaître une grande
variété de situations individuelles : ci-devant pragmatiquement
ralliés au nouvel ordre des choses, négociants et banquiers
enthousiasmés par le soutien apporté aux affaires, acquéreurs
rassurés par l'œuvre de stabilisation sociale, rares talents intégrés
à la nouvelle élite. Qu'ils acceptent ou pas de participer à la vie
publique locale ou nationale, tous parviennent à tirer profit d'une
période d'autant plus riche en opportunités qu'elle est celle d'un
renouveau.
N97 – LES VAULCHIER, UNE FAMILLE DE FRANCHE
COMTÉ,
de Jean de VAULCHIER, 2011, 17 x 24, 248 p.,
32 €
Le 5e marquis de Vaulchier du Deschaux, Louis-Anne, avait
rédigé en 1887 pour un de ses amis anglais un document
manuscrit sur sa famille qu’il intitula : Filiation et notice sur la
maison Vaulchier d’Arlay.
L’auteur, Jean de Vaulchier, un de ses arrière-petit-fils, a pris le
parti de publier ce document et de le compléter, poursuivant dans
cet ouvrage la filiation jusqu’à aujourd’hui, en y ajoutant des
notices éclairant la biographie des membres les plus importants.
Cette étude généalogique permet de suivre l’évolution de cette
famille sur quelque six siècles.
15