Page 6 - Catalogue 2N - 05-2012 couleur

Version HTML de base

N14 – LE MARIAGE ET LA FAMILLE EN GASCOGNE,
de C. DAUGE, 2012, 16 x 24, 246 p.,
22,5€
Tout en respectant le texte et l’orthographe de l’auteur pour ce
qui est du gascon, cette nouvelle édition, entièrement
recomposée, donne également une transcription en graphie
classique des textes gascons. Le chanoine Césaire Daugé, né à
Aire-sur-l’Adour (1858-1945), vice-président de la société de
Borda, ardent artisan de la renaissance d’oc, reste un des plus
importants écrivains en langue gasconne du XXe siècle : sa
Grammaire, ses pièces de théâtre et son imposante étude sur le
mariage et la famille en Gascogne (en 3 tomes) sont là pour en
témoigner. Il présente ici une véritable identité de sa province
sous un angle tout à fait original.
N16 – NOBILIAIRE ET ARMORIAL DE BRETAGNE
, de
Pol POTIER DE COURCY, 4 Volumes, 2012, 16 x 24, 324 p.,
115 €
Edité, remanié et réédité tout au long de la deuxième moitié du
XIXe siècle (jusqu’en 1895) ce Nobiliaire et Armorial est un des
monuments de l’héraldique et de la généalogie de la Bretagne
ancienne. Cette nouvelle édition, entièrement recomposée,
présente quatre tomes. Elle est formée des trois tomes du
Nobiliaire « stricto sensu » habituellement réédités, augmentés
d’un quatrième reprenant la seconde partie du tome III de
l’édition de 1890, — souvent tronquée ou oubliée —, qui se
rapporte notamment aux nombreuses listes de titulaires de
charges personnelles dans la Bretagne d’Ancien Régime.
Chaque tome également disponible séparément au prix de
30€.
N17 – PETITES HISTOIRES DE GENEALOGISTES,
de
Jean Marie, Mathieu et Cécile ANDRIVEAU, 2012, 14 x 22,
267 p.
17 €
Créées en 1830 pour épauler les notaires, les Archives
généalogiques Andriveau sont la plus ancienne étude de
généalogie successorale au monde. Personne ne peut imaginer
que, derrière leurs murs, se jouent de véritables enquêtes de
détective. Retrouver l'héritier qui s'ignore, aboutir au juste
règlement des successions... l'affaire n'est pas toujours évidente.
Alors il faut remonter le fil, partir en quête d'un Simon devenu
une Simone, d'un enfant illégitime que la nouvelle ébranlera,
d'un pizzaiolo que l'on fera châtelain... Autant d'anecdotes qui
offrent un livre aussi passionnant qu'inattendu. Ces histoires-là
finiront sans doute racontées autour d'une table, à la manière des
histoires drôles, sauf qu'ici... tout est vrai !
N18 – LES PREUVES DE NOBLESSE AU XVIIIème
SIECLE,
de Benoît de FAUCONPRET, 2012, 18,75 x 13, 272
p.,
39 €
Lors de la parution de son premier écrit sur le sujet, en 1999,
l'auteur tentait pour la première fois de faire le point de façon
exhaustive sur les places réservées à la noblesse dans la France
d’Ancien Régime, et sur les preuves nécessaires pour y être
admis. Cette étude, vite épuisée, revient aujourd’hui dans une
version revue et largement augmentée. Elle répertorie 197
institutions (5 de plus que dans la première édition) qui relèvent
de domaines très variés : ordres de chevalerie et confréries
nobles, honneurs de la cour, maisons civiles et militaires du roi
et des princes, places d’officiers dans l’armée et la marine,
établissements d’éducation pour les jeunes gentilshommes et
demoiselles, chapitres de chanoines et de chanoinesses nobles,
administrations provinciales et locales... L’auteur : diplômé de
Sciences-Po Paris, a déjà publié plusieurs livres et articles sur
des institutions de la France d’Ancien Régime, en lien, avec
l’histoire de la noblesse.
N19 - LA SAGA DES ROUART : DEUX SŒURS,
de
Dominique Bona, et
LE ROMAN DES ROUART, 1850 –
2000,
de David Hazlot, 2012, 2 Vol, 384 & 420 p.,
43,40 €
L’épopée de cette extraordinaire famille, qui joua les premiers
rôles dans le développement du mouvement impressionniste,
nous est ici présentée à travers deux volumes virtuoses. C’est par
un tableau de Renoir, représentant les deux sœurs Christine et
Yvonne Lerolle, futures épouses Rouart, que nous entrons dans
la famille. La généalogie nous mène successivement dans la
famille de leur père, le peintre Henry Lerolle, auprès des oncles,
le compositeur Chausson et le réformateur Fontaine, dont
s’inspira Marcel Proust. On parle, on dessine, on peint, on
collectionne, on chante, en un mot on est artiste ! Dans le second
volume, c’est la famille Rouart qui entre en scène, avec Henri,
Polytechnicien et collectionneur, inventeur à ses heures.
Sociologie et Généalogie se mêlent ici pour nous amener à la fin
d’une époque, marquée par l’éclatement de la guerre de 14. Une
véritable épopée d’histoire familiale, artistique et nationale.
Passionnant !!
N20 – LES SEIGNEURS DE CHAMBARLHAC,
de Georges
VIGNAL, 2011, 226p.,
30 €
Les seigneuries des Chambarlhac se situent entre Ardèche et
Haute-Loire, aux confins des Boutières sur le plateau vivaro-
vellave depuis le XVIe siècle, mais d’approche médiévale. Des
personnages en sont illustres : deux généraux de la Révolution
française et de l’Empire, l’un royaliste engagé dans l’armée
catholique et royale, l’autre, révolutionnaire, futur baron
d’Empire. Ces familles résideront dans nombre d’habitations
dispersées dans cette région d’altitude fort inhospitalière.
N21 – SEIGNEURS ET LABOUREURS DANS LE
BLAMONTOIS AUX XVIIème et XVIIIème SIECLES,
TOME III,
d’Antoinette AUBRY HUMBERT, 2012,
53 €
"Celui qui ne sait d'où il vient ne peut pas savoir où il va, car il
ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de
lancement vers l'avenir.",
Otto de HABSBOURG-LORRAINE.
Des familles de petite noblesse -les anoblis- sont venues
s'installer dans le Blâmontois dès le XVIIe siècle, et ont vécu
dans leur seigneurie. Aussi, des liens se sont noués entre
seigneurs et laboureurs, allant même jusqu'aux alliances : l'un
apportant les titres, et l'autre la terre sans laquelle le seigneur
n'était rien.
Des seigneurs ont perdu leurs titres de noblesse et des enfants de
laboureurs ont été anoblis et ont acheté des seigneuries.
Les membres de ces familles sont présentées dans leur contexte
familial, historique et... nous amènent jusqu’à leurs descendants
actuels. Ce troisième volume concerne notamment Avricourt, le
fief des Rappes, le fief de Sérolles, Reillon, Manonviller, Vého,
Emberménil, Fréménil, Domjevin, Bénaménil, Saint-Martin,
Ogéviller, Marainviller.
Les tomes I et II sont encore disponibles, au prix de 51 €
chacun.
N22 – MEMORIAUX DE LA CHAMBRE DES COMPTES
DE NORMANDIE – TOME V,
de Bertrand PARIS, d’après
Dom Richard LENOIR, 2012,
40 €
Dom Jacques-Nicolas LENOIR, né à Alençon en 1720, religieux
bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, fit profession à
l'abbaye de Saint-Evroul en 1741. Par la suite, il passa à l'abbaye
de Saint-Germain-des-Prés et il fut l'un des derniers religieux de
cette maison à se livrer à la recherche historique. Son activité
4