Page 7 - Catalogue 2N - 05-2012 couleur

Version HTML de base

érudite se manifesta dès 1760 par un
Mémoire relatif au projet
d'une histoire générale de la province de Normandie
. Pendant
plus de vingt-cinq ans, dom Lenoir dépouilla à Paris les archives
de la Chambre des comptes de Rouen et il en copia plus de 100
000 titres. La plus grande partie de ses recherches fut achevée
dès 1788 : à cette date, il publia un ouvrage, chez Didot l'aîné,
sous le titre
: Collection chronologique des actes et titres de
Normandie concernant l'histoire des familles nobles et les fiefs
des trois généralités de cette province
. En 1790, il publia
la
Normandie anciennement pays d'Etat
. Il mourut en 1792.
Les Tomes I à IV sont tous disponibles au prix unitaire de
40€.
N23 - HISTOIRE ET GENEALOGIE DES LE BAILLY DE
LA FALAISE,
de Geoffroy GUERRY, 2011, 21 x 29,7,
45 €
Préface du Duc de BRISSAC. La famille Le Bailly de La
Falaise, originaire du Pays de Caux, accéda à la noblesse au XVe
siècle. Propriétaires terriens, ses membres s’allièrent à la
noblesse rurale locale jusqu’à la Révolution. La restitution du
milliard des émigrés et diverses successions de parents sans
enfants, permettront aux La Falaise, dès les années 1830, de se
hisser parmi les familles notables de la Vendée. La fin du XIXe
siècle marquera un tournant dans l’histoire familiale avec l’union
d’un de ses membres à l’une des héritières de la firme Hennessy
L’auteur nous livre de très nombreuses informations, anecdotes,
photos, portraits, vues des propriétés et nous présente les
familles alliées : de Clercy, Hennessy, de Villelume, et bien
d’autres…
N24 – LA DESCENDANCE D’ANTOINE D’AURE (1730 –
1802), ET D’ADELAIDE DE WILKINGHOFF (1734 –
1791), FAMILLES DE TARLE, DE BOISSIERE, PASSY,
HECTOR D’AURE,
d’Eric JAYET et Jean Michel SAINT
GIRONS, 2012, 820 p.
85 €
Généalogie descendante très détaillée d'Antoine d'Aure,
commissaire général des vivres à l'armée de Rochambeau. On y
retrouve de nombreuses familles, parmi lesquelles: Astier,
Boisséson, Broglie, Dreux Brézé, Gailly de Taurines, Galard
Terraube, etc. et de nombreux généraux, ministres, membres de
l'Institut, etc. Toutes les informations ont été vérifiées d'après les
sources. Importants compléments généalogiques en bas de page.
Index des noms et prénoms.
N25 – DICTIONNAIRE DES AVOCATS DU BARREAU
DE PARIS EN 1811,
d’Hervé ROBERT, Philippe
BERTHOLET, et Frédéric OTTAVIANO, 2012, 2 Vol., 604 et
1209 p., Préface de Jean TULARD,
80 €
Cette étude à caractère historique, a été réalisée à l’occasion du
bicentenaire du rétablissement des barreaux par Napoléon 1er.
Elle présente des notices détaillées donnant des informations,
pour une large part inédites, sur la vie des 300 avocats
composant le barreau de Paris en 1811, avec les références
d’archives et de bibliographie.
C’est une véritable photographie de groupe de la société
judiciaire parisienne de la première moitié du XIXe siècle que
nous livre ce dictionnaire. On découvre notamment leurs
convictions religieuses, leurs revenus et patrimoine, les liens
familiaux et professionnels proches. Synthèse en début
d'ouvrage. Illustré de portraits et documents.
N26 – ALBERT ET LOUISE DE LONGEAUX, UN
INGENIEUR ET SA FAMILLE AU XIXème SIECLE,
de D.
de Longeaux, 2011, 17 x 24, 252 p.,
36 €
Histoire de l'ancêtre de tous les Longeaux actuels, qui vécut de
1809 à 1857. Sa vie et celle de sa famille, son épouse née Louise
de Marien, et ses enfants, Henri et Marie, reconstituée à partir
des archives des Ponts et Chaussées et des lettres de famille. De
nombreuses illustrations et un tableau généalogique sur sept
générations de cette famille venue de Lorraine complètent ce
travail.
N27 - LA PRINCIPAUTE DE SCEAUX,
de J.L. GOURDIN,
2011, 15 x 24, 376 p.,
24 €
Au voisinage de la cour de la duchesse du Maine, voici l'histoire
de Sceaux dans la première moitié du XVIIIe siècle. Cette
histoire est écrite au travers de la vie des riches propriétaires des
maisons des champs qui entourent le village. Elle constitue une
véritable histoire en réduction du Royaume, tant ces personnages
se trouvent mêlés aux grands évènements qui jalonnent ces
cinquante années.
On croise ainsi les familles Aguesseau, Amelot, Argenson,
Bezons, Brancas, Cadeau, Chaillon, de Chalais, Chamillart,
Chauvelin. Chavet, Choiseul Beaupré, Colbert, Couperin,
Delpech, Dezaleux. Dufort de Cheverny, Estrades, Estrées,
Feydeau de Brou, Foucault de Magny, Frémyn, Grouchy,
Guigou, Harcourt, Hocquet, Hosdier, Huguet de Sémonville, La
Condamine, Lalive, La Rochefoucault, Le Couteulx, Le Fèvre de
Caumartin, Le Normant, Le Rebours, Louvencowt, du Maine,
Menou, du Metz, Nau, Nevers, Orseau, Pajot, Phélippeaux,
Pompadour, Pontécoulant, Poquelin. Quentin de Richebourg,
Ragareu, Rochechouart de Mortemart, de Romanet, Rouillé, de
Talleyrand, Tauzier, Thierry de Ville d’Avray, Trouson du
Coudray, Trudaine, Vendôme, Villar, Vougny, Willart.
N28 – LES FAMILLES TEYRAS, DE GRANVAL, DE
LIBERTY ET LEURS DESCENDANCES,
de Simone
PAROT, 2011, 2 Vol, 20 x 29,5, 673 & 729 p.,
183 €
De nombreux tableaux généalogiques et 35 tableaux dépliants
hors texte, ainsi que 800 illustrations déploient devant nos yeux
attentifs l’histoire généalogique de ces familles, et le résultat de
plus de 10 années de recherches de l’auteur. C’est toute l’histoire
du Livradois qui nous est racontée, mais aussi celle de
l’Auvergne et de la France, à travers des tranches de vie d’une
étonnante joie et d’un enthousiasme saisissant. Beaucoup
d’auvergnats d’aujourd’hui se retrouveront au fil des pages de
cette somme incomparable.
N29 - CAHIERS GENEALOGIQUES DE LA PREVOTE
D'AMANCE EN LORRAINE, TOME I et II ,
d’Olivier
Eyraud, 2011, 19 x 26,5,
98 €
En son temps premier chef lieu de prévôté du bailliage de
Nancy, administrant 53 communes, Amante fut au cœur de
l'histoire de Lorraine durant de nombreux siècles. Elle perdit sa
prépondérance avec les revers qu'essuya la vieille dynastie
ducale, Richelieu fit raser son imposant château médiéval, et le
roi de Pologne lui ôta tout rôle juridictionnel, devenant le simple
et paisible village que nous connaissons aujourd'hui, rappelant
timidement au touriste les vestiges de sa gloire passée.
Ce merveilleux travail retrace les lignages de ceux que l'on
nommait « les gentilshommes d'Amance », hommes d'armes
issus de noblesse féodale qui tissèrent des liens matrimoniaux
avec les familles de propriétaires terriens locaux et de notables
nancéiens. Il présente également des recherches augmentées sur
la famille de LA GRANGE, ainsi qu’une généalogie inédite du
Maréchal LIAUTEY, cousin de l’auteur.
5